Economie circulaire

L’économie circulaire, c’est faire de nos déchets d’aujourd’hui nos ressources de demain. Il ne s’agit pas de dire qu’il faut changer radicalement notre mode de vie mais qu’il faut en assumer les conséquences et innover pour le préserver à un coût économique et environnemental acceptable.

Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

L’économie circulaire s’oppose à l’économie linéaire. Les produits ne sont plus jetés après consommation, ils sont recyclés pour créer des matières premières secondaires à leurs tours créatrices de valeur. Le schéma linéaire de production correspond à un contexte économique d’abondance des ressources naturelles, les industries concentrant leurs efforts sur la réduction des coûts de main d’œuvre pour générer des plus-values. Le stade ultime de ce schéma étant l’obsolescence programmée. Divers indicateurs comme le niveau élevé de pollution de notre planète, l’augmentation continue du nombre de ses habitants et la raréfaction à plus ou moins court terme des ressources naturelles, nous pousse à envisager un nouveau paradigme. Plus respectueux de l’environnement, replaçant l’usage au cœur de la conception des produits, plus positif pour les générations à venir.

Comment mettre en place de l’économie circulaire ?

Comme toute évolution majeure, l’économie circulaire repose sur une prise de conscience globale : celle que notre mode de consommation est générateur de pollution, celle qu’une partie significative des matériaux aujourd’hui présents dans nos poubelles pourraient être réutilisés, celle que chacun à un rôle à jouer pour préserver notre planète et notre niveau de vie. Les crises économiques successives de ces dernières décennies ont fait émerger des modèles de réemploi, abandonnés dans les années de croissance, qu’il s’agisse de don ou de revente. Mais l’économie circulaire va plus loin puisqu’elle prend en considération la fin de vie des produits, c’est-à-dire la réutilisation de ses composants pour refaire le même produit ou en créer un différent. Pour obtenir un tel résultat, il faut éco-concevoir les produits, c’est-à-dire prendre en considération leurs traitements en fin de vie dès les travaux réflexions amonts.

Pourquoi l’économie circulaire est un modèle d’avenir ?

Maintenir notre niveau de confort et le permettre aux habitants des pays émergeants, va nécessiter une adaptation des principes de production, car les ressources naturelles ne sont pas intarissables. L’accélération de la dégradation de notre environnement pose également question. Quel héritage allons-nous laisser aux générations futures ? L’économie circulaire n’est pas une solution miracle, elle va nécessiter de lourds investissements et de repenser le coût réel des biens que nous consommons, y compris leur empreinte écologique. Mais c’est aussi une réelle opportunité d’innovation : récupérer les matériaux recyclables permet de faire baisser significativement le volume des déchets et procure de nouvelles matières premières contribuant à la réduction des tensions sur les ressources naturelles. C’est aussi l’ambition d’une ré-industrialisation au plus proche des gisements car le transport est l’une des premières sources de pollution du système actuel. En résumé, l’économie circulaire est une économie d’innovation et de proximité.

itv-NicolasBouzou

Le papier, un produit particulièrement adapté à l’économie circulaire

L’économie circulaire peut s’appliquer à de nombreux biens et produits. Mais le cas du papier est particulièrement intéressant car il peut être rapidement viable et performant. En effet, la fibre de cellulose qui le compose est facilement et quasiment inépuisablement recyclable. En outre c’est un processus industriel simple, nettement moins consommateur de ressource que la fabrication de pâte vierge et aujourd’hui mature. Le papier peut redevenir du papier mais aussi des cartons d’emballage, des produits d’hygiène, de l’isolant pour les habitations. Et demain d’autres choses encore : des bouteilles, le support de circuits imprimés, etc.

Alors, pourquoi le papier recyclé n’est-il pas plus fréquent ?

Les français consomment en moyenne 60 kg de papier par ans et il est le premier consommable des entreprises. On peut donc parler de véritables forêts urbaines. Pourtant, le marché du papier recyclé français se caractérise par de fortes tensions sur les matières premières. En effet, il est encore trop souvent jeté avec les ordures ménagères ce qui le rend impropre au recyclage. Seul 1 papier sur 2 collecté par les collectivités locales est aujourd’hui apte au recyclage. C’est beaucoup trop peu. Ensuite, la demande est assez faible. Par habitude, nous consommons encore beaucoup de papier issu de pâte vierge alors que le papier recyclé peut avoir les mêmes propriétés. Et qu’en outre, il nous appartient de repenser nos usages. Est-il vraiment indispensable d’imprimer nos documents de travail sur du papier extra blanc ?